Quel chauffage pour une maison neuve ?

Le choix du système de chauffage est crucial pour garantir la conformité de la maison neuve avec la RT 2012. Quant à la prochaine RE 2020, elle recommande l’usage d’un maximum d’énergies renouvelables, pour le chauffage, la production d’eau chaude sanitaire et la production d’électricité. L’objectif est de limiter les dépenses énergétiques pour le chauffage à 12 kWh/ep/m²/an au maximum. Donc, le choix du chauffage doit se définir en amont avec l’architecte ou le constructeur, afin qu’il puisse y avoir une parfaite adéquation entre l’habitat choisi et la région de son implantation. Mais les niveaux de confort et de contraintes souhaitées ne sont pas intégrés dans les RT successives !

De toute manière, il n’y a pas besoin de beaucoup chauffer !

L’un des pires problèmes dont il faut avoir conscience est le risque de surchauffe de votre nouveau logement si votre esprit reste dans la logique de votre logement précédent, surtout si celui-ci était ancien. Les constructions neuves offrent une grande différence avec lui, car il respecte des normes exigeantes quant à l’étanchéité à l’air et à la qualité même de l’isolation qui la permet. Pas de ponts thermiques, pas de zones froides, pas de variations rapides de température, et toujours une amplitude thermique modérée entre les moments les plus chauds et les moments les plus froids. En fait, ils est (plus ou moins) idéalement tempéré !

Il faut donc une très bonne expertise de thermicien pour que le choix de votre chauffage intègre un aspect souvent ignoré : les apports de chaleur des organismes de toute la famille. Sachant que votre maison comportera nécessairement une surface vitrée importante, obligatoire dans le cadre de la RT en cours, les apports solaires seront importants, et à plus forte raison si vous habitez dans une région à fort ensoleillement. La question des calories qu’apportent en plus les personnes présentes est donc loin d’être anodine.

Fi des appareils ou systèmes à restitution lente

Bien que parfaits en climat très rude (haute montagne en France) ou dans des habitats non rénovés, les poêles et cheminées de masse sont totalement déconseillés en logement neuf. En effet, vous n’avez aucun contrôle sur la température lors de la phase de restitution de la chaleur par les matériaux accumulateurs, phase qui dure des heures ! Donc vous allez souffrir de cette surchauffe systématique.

Dans la même logique, il faut se méfier des planchers (ou murs) chauffants, car vous vous confrontez là encore au problème d’un émetteur à forte inertie : comment gérer la chaleur accumulée dans la dalle ou les parois ? Or, la libération inévitable de cette chaleur peut aussi durer plusieurs heures !

Mieux vaut avoir un chauffage très réactif

Pour éviter de subir ces problèmes de surchauffe (sans avoir à ouvrir les fenêtres, ce qui serait un comble pour les économies d’énergie !), il vous faut un chauffage de faible puissance, mais performant et propre. Il doit surtout être très réactif afin qu’il puisse répercuter les dosages d’intensité que vous allez lui demander pour pallier ces apports de chaleur supplémentaire (fort ensoleillement hivernal, dégagement par le corps des hommes et des animaux, préparation des aliments par la cuisson…) quand ils ont lieu. Les appareils pilotables par télécommande ou à distance et de manière fine sont intéressants à cet effet, surtout si vous pouvez différencier les pièces les unes des autres.

Fi de l’électricité dont les fluctuations tarifaires sont totalement imprévisibles, et surtout du fioul et du charbon dont les chaudières, de toute façon, seront interdites à partir de janvier 2022. Tout se joue entre le gaz et le bois quand il s’agit de cheminées ou poêles, ou parfois même quand il s’agit de chaudière.

Dans le cas des habitats les plus performants, deux solutions essentielles existent :

  • un poêle ou une cheminée à bûches, car vous n’aurez à l’utiliser qu’en appoint, ponctuellement aux moments les plus froids de l’hiver.
  • un foyer au gaz à haut niveau de réglage, car il vous permet de bien vous chauffer si la nécessité s’en fait sentir, ou de fonctionner en mode très économique à d’autres moments, plus pour profiter de sa flamme tout en contribuant à maintenir l’ambiance thermique.

Dans les régions fraîches ou quand l’habitat, bien que préformant, nécessite un peu de chauffage de manière régulière, un poêle ou une cheminée à granulés de bois (avec réserve) ou à gaz est une excellente idée, car de tels équipements sont réactifs, même très réactif pour le gaz. L’appareil au gaz vous permet de vous libérer totalement des rechargements en combustible et réduit très notablement le besoin d’entretien. Mais il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’une énergie fossile (parfois avec une petite part de biométhane qui est une énergie renouvelable), ce qui, pour les plus avertis des publics sur ces questions, va à l’encontre des énergies renouvelables. L’appareil aux granulés vous libère un peu de la fréquence de rechargement (tout dépend du volume de son réservoir). Son combustible est une énergie renouvelable, mais dont vous devrez avoir un stock disponible en permanence. Dans tous les cas, vous ne choisirez que des appareils très récents, peu puissants et très performants, donc efficaces et propres.

Des critères à prendre en compte avant de se décider

C’est très en amont de la construction ou du choix de l’habitat neuf que doit se décider le type de chauffage. En effet, à un type de chauffage donné répond la présence ou non de conduits, et, le cas échéant, la nature et les dimensions du conduit ! Pas d’interchangeabilité de dernière minute possible. De plus, la présence ou non d’un espace extérieur (cuve enterrée, stock de bûches, silo couvert pour les granulés), et la facilité ou non de son accessibilité depuis l’intérieur (maniement des bûches ou sacs de granulés) et depuis l’extérieur (livraison possible du gaz en vrac ou des granulés en vrac) conditionne vos choix.

N’oubliez pas enfin que si vous avez la possibilité d’intervenir dans le projet de construction, votre choix de chauffage va déterminer les opérations à effectuer pour intégrer parfaitement votre chauffage dans l’habitat (conduits, câblages, trémie, alimentation…).

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *